Pêche à la mouche

dscn00753

Les principales rivières des Cantons de l’est

Les Cantons de l’est regorgent de très belles rivières, mais beaucoup d’entre elles sont presque absentes d’espèces sportive, et la plupart sont peuplées de carpes et de ouitouches. Elles ont été surpêchées par des gens insouciant, qui ne pensaient jamais en épuiser la ressource. Malgré cela il reste quelques rivières avec encore un potentiel modeste qu’il faut s’empresser de préservées.

Il n’y a presque plus d’espèces de salmonidés  indigènes comme la truite mouchetée, à cause de l’introduction d’autres espèces; et celle que l’on retrouvent aujourd’hui proviennent d’ensemencements. La truite arc-en-ciel et la truite brune font parties des espèces qui ont été introduites. L’arc-en-ciel est celle qui est la plus vulnérable des deux, et la moins rentable à cause de son instabilité à rester dans le plan d’eau. Elle n’est pas très difficile à déjouer, mais elle donne tout un combat quand elle se fait prendre. Par contre la truite brune, elle est plus méfiante et moins facile à déjouer donc elle a une plus grande chance de survie. Elle ne semble pas avoir du mal à se reproduire, car on retrouve souvent des jeunes individus au endroits ou ils n’y a plus eu d’ensemencement depuis plusieurs années. Elle est moins sensible au écart de températures et à la pollution, tandis que l’arc-en-ciel est un peu plus migratrice. La plupart des endroits qui ont été ensemencés avec de la truite arc-en-ciel s’en trouvent dépourvues dès l’année suivante. Il n’est pas de même pour la brune qui elle a tendance à s’implanter à l’endroit ou elle à été ensemencée.

Les rivières avec le meilleur potentiel de pêche sont incontestablement les plus grosses, comme la St-François et la Chaudière. Il y en a d’autres comme la Massawipi et la Saumon ( Lac Brompton ) qui sont très bonnes toute l’année, et les autres comme la Coaticook et la Magog le sont par le soutien d’ensemencements.

Quelles espèces y retrouvent-on ?

Parlons de la St-François. Si on part à sa source, la St-François est habité par la truite brune et la ouananiche que l’on retrouve en bien petit nombre. Mais se n’est pas le cas pour la truite brune qui hante cette rivière tout le long du parcours jusqu’au Lac Aylmer. Il y a aussi le Doré jaune et l’achigan se merveilleux batailleur. À l’occasion  un brochet du nord , mais souvent dans la section près du Lac Aylmer. On poursuit notre parcours entre le Lac Aylmer et le Lac Louise. À cet endroit on y retrouvent le Doré jaune et le brochet et aussi la perchaude. Maintenant nous sommes entre la ville d’East Angus et Sherbrooke, ou il y a de très beau endroits pour la pêche à l’achigan, pour les gens qui voudraient y faire une expédition en embarcation. Dans la région de Sherbrooke on y capture de la truite brune près de l’île Marie ou il se fait des ensemencements à tout les ans, et aussi à la jonction St-François et Magog. L’achigan est roi tout le long de cette rivière et on y capture de très beaux spécimens.

Maintenant parlons de la Chaudière. Pour moi la Chaudière représente la plus belle rivière à salmonidés. Nous y avons, la truite brune, l’arc-en-ciel, la mouchetée et la ouananiche, et cela tout le parcours au delà de la Beauce, car la Chaudière a une infime partie dans les Cantons de l’est.  J’ai connu cette rivière étant très productive, mais mes meilleurs endroits son entre Lac Mégantic et le chemin du Lac Drolet.

La Massawipi

Pour une rivière située près de Sherbrooke la Massawipi est très surprenante. C’est une superbe de belle rivière, mais très achalander par les pêcheurs du début de saison. Mais quand la saison avance les pêcheurs la délaissent. Tant que le niveau de l’eau se tien haut, elle est presque inaccessible pour les pêcheurs à la mouche. Ce cours d’eau contient d’aussi beaux spécimens que la Chaudière et la Haute St-François quand on parle de truite brune. J’y ai pris en mai 1989 une truite brune de 14 lbs 4 oz .  On y retrouvent aussi de très grosses truites grises et des truites arc-en-ciel, il y a de la truite mouchetée en rares occasions, et bien sûr l’achigan à petite bouche. Plus bas dans son parcours le Doré et le brochet sont les espèces qui occupent la Massawipi et ça jusqu’à la St-François.

La Rivière au Saumon

La rivière au saumon est l’effluent du grand lac Brompton. Elle prend sa source sur près de route 222 à la hauteur de St-François de Xavier et elle se jette ensuite près de l’autoroute 55 entre Windsor et Richmond. Dès l’ouverture de la pêche la rivière au saumon et habité par la truite grise à cause des l’éperlans qui dévalent le barrage tôt le printemps. Mais celle-ci ne peuvent remonter et reste dans la rivière pour y vivre toute l’année, tout comme pour la Massawipi. Il y a aussi la présence de truites arc-en-ciel, et brune a cause de certains ensemencement antérieurs. Comme dans presque tout les cours d’eau, l’achigan est encore présent avec le brochet et la Doré, vers la fin de son parcours.

La Coaticook

La rivière Coaticook contient trois espèces de salmonidés. La truite brune, que l’on attrape à l’occasion, la truite mouchetée, et particulièrement la truite arc-en-ciel, mais tous font parties d’ensemencements annuel.

La Magog

La rivière Magog est aussi un effluent du petit lac Magog. La Magog renferme de très beaux spécimens d’achigan, mais les pêcheurs y viennent plutôt pour pêcher la truite arc-en-ciel que les gestionnaires de C.H.A.R.M.E.S. ensemencent à tout les ans.  Des ensemencements de 10,000 à 15,000 truites arc-en-ciel et brunes attirent les pêcheurs par centaines, qui en fait un endroit de prédilection.

Ce sont les principales rivières, mais il y en a beaucoup d’autres. Je ne peut pas tous les nommées, car cela ne terminerais pas. C’est à vous aussi de les découvrir.

                                                                                                         Raymond Paris.